Tous les coups de coeur de la rédaction

Où sortir

À l'affiche de La Batterie

En avril, les recommandations de notre partenaire

À l'affiche de La Batterie

La Batterie

La Batterie !
1 rue de la Redoute, Quartier des Saules (78 - Guyancourt)
Voir toute la programmation

Une école de musique, un auditorium, une salle de concerts, trois studios de répétition... Un incontournable pôle des musiques actuelles.

Concerts recommandés par La Batterie :

4 Avril à 20h30
Rock/Pop
Stuck In The Sound / Grand Blanc / Jon Tessier

Stuck In The Sound
Hiver 2002, Paris (et le reste du monde) connait en ce début de siècle une grosse vague rock.
Stuck In The Sound voit le jour et cette même année, place le titre ToyBoy, sur la compilation CQFD des Inrockuptibles. Cela leur ouvre les portes de la capitale.
Stuck In The Sound joue partout, tout le temps, avec tous les groupes d’un jour qui se forment alors, et se forge un nom, après notamment un nombre incalculable de concerts à la Flèche d’or. Le public suit.

Grand Blanc
Déjà auteur d’un remarqué premier album en 2016, le très digital et incandescent Mémoires vives, le jeune quatuor originaire de Metz revient avec Ailleurs, une ambitieuse balade. La genèse du morceau remonterait à une nuit passée à Hong Kong, hors du temps et de l’espace à attendre l’aube se lever.
Porté par la voix de Camille, à la fois nonchalante et d’une folle élégance, Grand Blanc prend littéralement de la hauteur – et son temps – sur ce slow de 10 minutes qui téléporte Brian Eno au temps des Yéyés et mêle les synthés épiques de M83 aux sonorités oniriques de Badalamenti.
Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le titre se rapproche des atmosphères étranges des chansons de Julee Cruise.

Jon Tessier
Jon Tessier est un créateur de musique qui possède la double nationalité brésilienne et française. Il a grandi en Malaisie mais il vit et travaille depuis un studio de musique à Ibiza (Espagne).
Parallèlement à son travail en tant qu’assistant studio, Jon Tessier est producteur, musicien, chanteur et auteur-compositeur qui développe actuellement sur son projet solo, un projet créatif qui peut tout simplement être décrit comme de la musique pop centralisée sur la guitare – avec un côté alternatif et rock.
Son premier single original, une ballade mélancolique appelée « Like The Sun », a été divulguée en début d’année 2017.

12 Avril à 21H
Rock
Pogo Car Crash Control + Johnny Mafia + The Dizzy Brains

Pogo Car Crash Control
Envoyer son ennui et sa frustration s’éclater contre un mur en faisant le plus de bruit possible : voilà peut-être l’idée de Pogo Car Crash Control en se lançant dans la musique.
Brut, bouillant et bruyant, trois adjectifs inscrits au fer rouge par quatre vingtenaires qui ont réussi un sacré tour de force en quelques mois et un seul EP : devenir un des groupes de rock’n’roll français les plus affolants et dont la réputation scénique grandit à chaque apparition.

Johnny Mafia
Johnny Mafia agite le punk et le garage dans tous les sens. Avec son rock cinglant et cinglé, originaire de Sens dans l’Yonne, le groupe est né en 2010 au lycée et Johnny Mafia est devenu fer de lance d’une nouvelle génération du garage punk rock « Made in France ».
Une musique sous haute tension en forme de décharge électrique, avec une voix inspirée dans les mélodies, des titres hurlés avec conviction, entremêlés de riffs de guitares plombés et de mini solos psyché.

The Dizzy Brains
The Dizzy Brains, ces quatre garçons déchainés au rock garage engagé, enflamment les scènes de France, du Maroc, de Corée du Sud ou d’Allemagne depuis trois ans. Ils ont quitté leur pays natal, Madagascar, pour faire résonner leur colère contre la corruption, l’inaction des politiciens et le manque de liberté d’expression.
Le rock brut parfois vintage est leur arme pour dénoncer et se faire entendre. Amateurs des Sonics, des Stooges ou de MC5, les deux frères, Eddy au chant et Mahefa à la basse, fondateurs du groupe, ont été élevés au bon vieux rock des années 60-70 par leur père guitariste à ses heures.
Leurs chansons parlent de leur pays avec amour et passion mais également de la corruption qui ravage l’avenir du peuple. Ces dernières années Madagascar est devenu l’un des pays les plus pauvre du monde sans avoir connu la guerre.

12 Avril à 20h30
Musique classique
Folies concertantes

Folies concertantes
Écoutez à tour de rôle, en solistes, les chefs de pupitre de L’Orchestre de Chambre Nouvelle Europe dans un tourbillon virevoltant de chaises musicales autour des œuvres instrumentales les plus marquantes de trois siècles de musique.
Créé en 2004 par Nicolas Krauze et basé en région parisienne, l’Orchestre de Chambre Nouvelle Europe réunit certains des meilleurs jeunes instrumentistes professionnels venant de différents pays européens.
Jouant sur instruments modernes, cet ensemble est reconnu pour sa virtuosité, l’intensité et le perfectionnisme de ses interprétations, sa patte sonore riche et l’esprit de fraîcheur et de renouveau qu’il insuffle à la musique classique.

Chef d’orchestre : Nicolas Krauze
Compositeurs : Antonio Vivaldi, Jean-Sébastien Bach, Piotr Tchaïkovski, Sergueï Rachmaninov, Camille Saint-Saëns, Johannes Brahms, Niccolò Paganini, Georges Bizet
- Lieu Auditorium

13 Avril à 20h30
Funk / Hip-Hop
Malka Family + Beat Assailant + DJ Crazy B

Malka Family
En 1990, Malka Family débarque tout droit de la planète Kif pour convertir la France à leur folie vibrante et déjantée, faite de riffs euphorisants et de costumes en lamé. Héritiers directs de George Clinton et de son P-Funk cosmique, ils enflamment très vite les scènes du monde entier avec cette énergie communicative dont seuls les grands ensembles ont le secret. Ils reviennent aujourd’hui avec un nouvel album, « Le Retour Du Kif », un antidépresseur indispensable pour contrer la morosité ambiante.
A l’heure où Daft Punk fait appel à des artistes funk pour soutenir leur performance, où « Uptown Funk » de Bruno Mars et Mark Ronson continuent de faire danser les foules, il était temps que les grandes familles mythiques du funk reviennent donner une leçon de kif aux nouvelles générations.
Une invitation à les rejoindre à bord de leur vaisseau spatial musical pour se fondre dans leur dimension aux milles couleurs où le funk est roi.

Beat Assailant
Depuis plusieurs années, Beat Assailant a ouvert sa voix, perfectionné son chant, et il fait désormais partie de ces rappeurs modernes aux styles multiples (André 3000, Pharrell Williams, etc), aussi à l’aise pour entonner des mélodies que pour débiter des rimes en cascade.
Oser chanter vraiment, pleinement, sans perdre l’intensité du rap, cela donne une énergie irrésistible à ses nouvelles inspirations. Prélude à ce prochain album, Beat Assaillant sort d’abord le E.P. « Only One », quatre titres qui annoncent les couleurs vives et flamboyantes de son nouveau son.
« Only One » est un futur hymne des dancefloors, avec ce petit coté électro french touch dans la production de 9 O’Clock, et un clip à voir absolument. Le tout est finalisé, mixé et masterisé par le célèbre NK.F. (Orelsan, PNL, Damso, Angèle, etc), qui sublime les chants et les raps d’un Beat Assailant plus frais que jamais !

DJ Crazy B
DJ et compositeur depuis le début des années 80, Crazy B a ensuite fait ses armes dans le hip-hop Français aux côtés de Alliance Ethnik mais aussi en tant que champion de scratch puisqu’il fût septuple champion de France et quadruple vice-champion du Monde DMC en individuel avec un style unique très tourné vers le Beat Juggling et des set efficaces et dansants.
Par la suite il fait une percée remarquée dans le monde des musiques électroniques, en tant que « père fondateur » des Birdy Nam Nam dont il a trouvé le nom en regardant pour la 20ème fois le film The Party. Il offre des dj set Hip Hop old school et funk de qualité ou se produit en format club sur des soirées plus electro trap.

19 Avril à 20h30
World
Fatoumata Diawara + Elisapie

Fatoumata Diawara
Poussée par Rokia Traoré qui l’encourage aussi à jouer de la guitare, Fatou joue le rôle de Karaba dans la comédie musicale Kirikou et Karaba. Fatou apprend donc la six cordes en autodidacte et commence à écrire des chansons.
C’est là qu’elle comprend que la musique est sa vraie passion et qu’elle décide de s’y consacrer pleinement.
Elle enregistre des maquettes sur lesquelles elle chante et joue tous les instruments. Oumou Sangaré la présente au label World Circuit, l’enregistrement de son premier album peut commencer… Son album Fatou est sorti en octobre 2011.
Ces dernières années, Fatoumata Diawara a continué d’évoluer dans sa carrière en partageant la scène avec de nombreux artistes tels que Mayra Andrade, Omara Portuondo, Oumou Sangaré.
Aujourd’hui, la chanteuse concilie ses concerts solo, avec différents projets tels que la tournée Mali Blues, le projet musical de Matthieu Chedid « M » et sa tourné « Lamomali », avec Toumani et Sidiki Diabate, et son projet « Olympic Café Tour » avec la chanteuse Marocaine Hindi Zahra

Elisapie
Son folk pastoral s’inspire alors des musiques traditionnelles Inuit et d’un blues aride qui séduira sans peine les fans de Valérie June, Alela Diane ou Mirel Wagner. La réalisatrice, chanteuse et activiste a elle aussi compris qu’une bonne chanson – qu’elle soit un folk épuré ou une pop-song lumineusement arrangée – ne peut s’écrire qu’avec les tripes.
Cet album nous hisse donc à des sommets émotionnels à l’écoute du bouleversant « Don’t Make Me Blue », nous plonge dans des abysses de désespoir avec « The Ballad of the Runaway Girl » ou « Rodeo », jusqu’à apercevoir à nouveau la lumière grâce à « Una » ou au sublime « Darkness Bring the Light » (composé avec Joseph Yarmush, le guitariste des excellents Suuns).
On pense parfois à Björk qui viendrait mettre son nez dans la BO de « Into The Wild ». Ou à une Hope Sandoval (la voix sucrée de Mazzy Star) venue du froid.

—  Source partenaire

Retour