• Mardi 26/11/2019 à 19:00

La Cigale

120 boulevard de Rochechouart 75018 Paris

Paris 18e arrondissement

MPigalleM 12M 2

Voir la carteComment s'y rendre

Modifier les tarifs

Nous vous offrons 4 places pour l'événement du 26 novembre à 20H

Participer au jeu concours

À propos

Publicité

"Inlassable figure de proue de la scène africaine" - LIBERATION

"Le monument de la musique angolaise" - TÉLÉRAMA

"C'est une voix à nulle autre pareille. Eraillée, brisée, mélancolique." - LE MONDE

Trois ans après la sortie de son dernier album Recados de Fora (Messages d'ailleurs), José Adelino Barcelo de Carvalho, dit Bonga, revient pour nous faire voyager à travers plusieurs époques et plusieurs continents. L'occasion pour cette figure emblématique de la musique angolaise de se remémorer sa jeunesse, les rencontres qui l'ont marqué, ses débuts dans la musique, son amour pour le semba et son engagement contre la colonisation portugaise.

  • 1ère partie

Les artistes

Bonga

Bonga Kuenda (chant, congas, dikanza)
Betinho (guitare)
Juneval Cabral (basse)
Ciro Lopes (accordéon)
Djipson (batterie)

Sa trentaine d’albums et ses 400 chansons font de Bonga le plus célèbre des chanteurs angolais. Sa voix abrasive est associée à l’esprit de résistance qu’il incarnait avant l’indépendance de son pays. De la mélancolie à l’énergie joyeuse, il perpétue le style populaire de Luanda, qui l’a vu naître il y a 72 ans.

« Nos ancêtres critiquaient le régime dans les chansons de carnaval. J’ai emprunté cette pratique culturelle, qui permettait d’informer le peuple et de le mobiliser » dit Bonga. À neuf ans, Jose Adelino Barçelo de Carvalho (son vrai nom) s’initie auprès de son père accordéoniste. Il l’accompagne à la « dikanza » - long bambou cannelé frotté avec une fine baguette, qui reste son porte-bonheur - au rythme de la « rebita ». Son premier groupe, dont le nom signifie « La misère des quartiers pauvres » interprète les musiques locales comme le « semba », ancêtre de la samba brésilienne. Le chanteur se souvient : « Les colons portugais ne juraient que par le fado et détestaient notre musique. »

Remarqué pour ses prouesses à la course, Bonga se retrouve à Lisbonne. Athlète et étudiant au sein du Benfica, club omnisport, il devint recordman junior du 400m. Mais quand en 1966 la police politique du dictateur Salazar démasque l’activisme du jeune Angolais, il s’enfuit à Rotterdam. Les exilés capverdiens qui l’accueillent produiront ses deux premiers albums aux messages politiques. Depuis Paris, où il vit de 1973 à la fin des années 1980, ses chansons accompagnent la lutte pour l’indépendance des colonies portugaises, acquise en 1975.

En plus de 40 ans, Bonga a parcouru le monde, de l’Apollo Theatre de Harlem aux scènes de Hong Kong ou Macao. Ses chansons ont enflammé les publics d'Europe, d'Afrique et du Brésil, où il a enregistré aux côtés des stars Carlinhos Brown et Marisa Monte. Observant avec une bienveillante distance le redressement de l’Angola, Bonga préfère rester vivre au Portugal. Aujourd’hui son chant, dont la profonde humanité a été révélée ici dans son célèbre duo avec Bernard Lavilliers, appelle à la convivialité entre les êtres humains.

Lylo en parle

Bonga

BONGA sera en concert à La Cigale le 26 Novembre prochain ! Bonga, revient pour nous faire voyager à travers plusieurs époques et plusieurs continents. (…)

S'y rendre

La Cigale

120 boulevard de Rochechouart 75018 Paris

MPigalleM 12M 2 à 196m

MFuniculaire Gare basseM fun à 329m

MBarbès-RochechouartM 2M 4 à 707m

MCadetM 7 à 786m

Bus26genrvb30genrvb31genrvb32genrvb42genrvb43genrvb48genrvb54genrvb56genrvb67genrvb68genrvb74genrvb80genrvb85genrvb95genrvbMontmargenrvb

Choisir un itinéraire

Signaler un changement

Renseignez votre e-mail pour que nous puissions vous répondre.

Retour