Classique

Concert lyrique de musique judéo-espagnole et espagnole

Concert lyrique de chants populaires judéo-espagnols et de mélodies populaires espagnoles du répertoire lyrique

  • Mercredi 16/12/2015 à 20:30

Temple du Luxembourg

58 rue Madame 75006 Paris

Église

Paris 6e arrondissement

MRennesM 12

Voir la carteComment s'y rendre

Gratuit !

L'entrée est libre mais il s'agit d'un concert en libre participation, où chacun donne ce qu'il veut à la fin. En effet, les artistes doivent être rémunérés et la location de la salle payée.

Ajouter un tarif

À propos

Publicité

Nous avons voulu marier lors de ce programme des thèmes judéo-espagnols arrangés pour le piano et la voix par Alberto Hemsi ainsi que des mélodies espagnoles du répertoire lyrique de De Falla, Granados etc...

Le musicologue Alberto Hemsi a arrangé au début du 20 ème siècle des dizaines de thèmes judéo-espagnols qui étaient chantés dans tout le pourtour de la Méditerrannée (Turquie, Maroc, Algérie, Grèce etc...). Ces arrangements sont écrits pour voix et piano et nous avons voulu mettre en valeur ce répertoire peu joué en le mariant à d'autres compositeurs espagnols qui ont composé des mélodies, parfois sur des thèmes populaires espagnols, au début du 20 ème siécle également.

D'origine judéo-espagnole, Alberto Hemsi se disait descendant des Juifs d'Espagne. Les Juifs d'Espagne seraient majoritairement arrivés dans l'Empire ottoman vers 1492 (après l'expulsion de la péninsule ibérique) et auraient tenté de préserver une part de la tradition espagnole pendant près de cinq siècles à travers la pratique de la langue et de la musique.
Au début du XXe siècle, les compositeurs s'intéressent grandement aux musiques traditionnelles, cet intérêt porte ses fruits à travers la création de nombreuses pièces inspirées par ces diverses traditions. Alberto Hemsi fait partie de cette génération de compositeurs. Après avoir étudié la musique au conservatoire de Milan, il consacre dix-sept années de sa vie à la collecte des chants judéo-espagnols de l'Empire ottoman. Il va ensuite composer de vraies pièces de concert pour voix et piano qui forment les dix cahiers des Coplas Sefardies.

Ce programme sera servi par deux voix lyriques, Xenia d'Ambrosio, mezzo de l'Opéra de Paris et José Canales, ténor spécialisé dans le répertoire espagnol Ils seront accompagnés au piano par Juliette Sabbah.

En savoir plus

Les artistes

Xenia d'Ambrosio, mezzo

— Classique, baroque, opéra, judéo-espagnol

Xenia d'Ambrosio commence ses études musicales à l'age de 5 ans avec l'étude du violon, de la flûte traversière, de la harpe, du piano et de la danse.

C'est à l'age de 14 ans qu'elle se dirige vers la discipline qui deviendra sa passion prédominante, le chant.

Elle poursuit ensuite parallèlement des études scientifiques de géologie et de chant en se formant successivement au Conservatorio di Santa Cecilia à Rome, puis avec les Chantres de la Chapelle à Versailles avec lesquels elle se produit lors de concerts en France et à l'étranger, à la Hochschule fur Musik Hanns Eisler à Berlin, puis enfin au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Ses études au Conservatoire sont couronnées par l'obtention d'un Prix puis un diplôme de Perfectionnement.

Sa voix évoluera au cours des années vers une tessiture de contralto colorature, voix exceptionnellement rare, pouvant vocaliser sur une tessiture de deux octaves et demi,dotée d'une couleur sombre et d'une grande agilité. Elle mettra sa voix au service de la musique baroque et du répertoire des castrats.

Sur scène, elle se produit dès l'age de 20 ans, au Festival d'Ambronay en interprétant Vénus dans Persée de Lully, chante dans Fairy Queen de Purcell à l’opéra de Rouen dans une mise en scène de Ludovic Lagarde ainsi que le rôle-titre dans Carmen,

Puis, sur la scène internationale de l'Opéra Bastille, elle interprète divers rôles : la Zia dans Madama Butterfly de Puccini à l’Opéra Bastille sous la direction de Marco Balderi et dans une mise en scène de Robert Wilson, Die dritte Dienerien dans Frau ohne Schatten à l'opéra de Paris dirigé par Gustav Kuhn, le rôle du Pivert dans la Petite Renarde rusée de Janacek à L' Opéra de Paris, dirigé par Russel Davies et mis en scène par André Engel et un Eldenknaben dans Tannhauser de Wagner dirigé par Sir Mark Elder.

Elle interprète la 3ème dame dans la Flûte enchantée de Mozart donnée à Lille et mis en scène par Yves Coudray (Ensemble Opalescances).

Elle se produit dans de très nombreux concerts. Pour n'en citer que quelques uns, le Pierrot Lunaire à la salle Cortot (dir. Denis Comtet), un Récital de Bel Canto à la Cité de la Musique, chante sous la direction de Michel Piquemal dans Thamos de Mozart et dans le Miserere d’Hoffmann ainsi que dans de nombreux concerts de musique sacrée (Mors et Vita de Gounod, messe en RéM de Dvorák, Magnificat de Bach, Gloria de Vivaldi, motets de Buxtehude, Requiem de Duruflé, Magnificat de Villa-Lobos, Les Saintes Maries de la mer de Paladilhe, Geistliches Lied de Mendelssonh…), le Stabat Mater de Vivaldi, le Gloria, le Stabat Mater et le Nisi Dominus de Vivaldi, dans de nombreuses cantates de Bach et plusieurs récitals d'airs pour castrat.

Elle a dernièrement rejoint l'ensemble des « Demoiselles de Saint-Cyr » dirigé par Emmanuel Mandrin dédié aux voix féminines dans la musique baroque française.

José Canales, ténor

Né en Espagne, José Canales étudie le violon, puis le chant au
Centre de Musique Baroque de Versailles, à la Maîtrise de NotreDame
Paris, au Conservatoire Supérieur de Paris-CNR,où il obtient
un Premier Prix de musique ancienne, et au CNSM de Lyon. Il
a également une Maîtrise de Musicologie (Université de Paris-IVSorbonne)
et une Licence de Lettres Modernes (Paris XNanterre).
Son répertoire va du médiéval jusqu’au contemporain, et
il a travaillé avec des chefs tels que Marc Minkowski, David Stern,
Emmanuelle Haïm, Jean-Claude Malgoire, René Jacobs, Hugo
Reyne, Laurence Equilbey, John Nelson, Olivier Schneebeli,
Christophe Coin, Martin Gester, Maurice Bourbon, Kurt Masur,
Jacques Wocjekowski. Il s est produit dans des rôles tels que
Monostatos dans Die Zauberflöte de Mozart sous la direction de
David Stern et mise en scène par S. Braunschweig au Festival d’Aix
en Provence, puis à La Fenice de Venezia, le Teatro Verdi de
Padova, la MC93 de Bobigny, l’Opéra de Lausanne et à l’Opéra de
Rouen.Il est Alcibiades dans Der Geduldige Sokrates de Telemann,
dir. par J. C. Malgoire et mis en scène par A. Carré à l’Opéra de
Chambre de Varsovie, Cirque Royal de Bruxelles, Théâtre de
Magdebourg, Opéra de Tourcoing. Il chante Don Curzio dans Les
Noces de Figaro à l’Opéra de Rouen sous la direction de D. Stern,
mis en scène de C. Loy. En mai 2001 il chante dans le Kunsten
Festival de Bruxelles Cena Furiosa, spectacle sur des Madrigaux de
Monteverdi dir. par Yvon Repérant et mis en scène par I. von
Wantoch-Rekowski au Théatre Marni. Il est également Philôcome
dans La Belle Hélène d’Offenbach dir. par M. Minkowski et mis en
scène par L. Pelly à Paris, au Théâtre du Chatêlet. Il est Don Ottavio
dans Don Govanni de Mozart à Senlis et au Festival
 e Deauville et Pierrot dans l’opéra de Grétry Le Tableau Parlant. En
2005-2006 il est un Pilgrim dans Curlew River de Britten à l’Opéra
de Rouen, puis Il Podestà dans La Finta Giardiniera de Mozart.
( Fondation Royaumont, Opéra de Reims, St. Quentin, etc…) Il a
aussi chanté Achille dans La Belle Hélène d’Offenbach à l Opéra de
Dijon, ainsi qu’en Suisse, Rodez, Martigues… Un Notaire dans La
Périchole, à Dijon, puis chantera dans Le Brave soldat Sweik, mis
en scène par O. Desbordes. En 2009 il chanté le rôle
principal (Pigeaunneau) dans La demoiselle en loterie d'Offenbach,
au théâtre de La Haie, à Rotterdam, Hengelo, Zwolle..., sous la
direction de F. Chauvet. Il débute en Espagne dans le rôle de
Monostatos au Teatro Villamarta de Jerez de la Frontera (España),
après être très longuement salué par la critique, il y retournera en
avril 2008 pour La Fille du Régiment de Donizzetti. Cette même
année on pourra l’entendre dans Pang dans Turandot de Puccini. Il
est de nouveau Monostatos au Teatro Cervantes de Malaga. On l'a
entendu en 2010 dans sa première zarzuela: La cancion del olvido
( Sargento Lombardi).
Dans le domaine de la musique contemporaine il a crée des oeuvres
de P. Koralis, A. Féron et R. Tessier. On l’a entendu dernièrement
dans un programme dédié au compositeur estonien Veljo Tormis, où
il a chanté le ténor solo dans Rauda Nemeda et Pilske Litania, sous
la direction de Loïc Pierre et avec le choeur Mikrokosmos. A Radio
France il a crée l’oeuvre de T. Machuel Tres lecciones de Tinieblas,
pour ténor, hautbois, harpe, violoncelle et percussions. Il dirige
l’ensemble Tonos Humanos, consacré à la musique baroque
espagnole et sud-américaine, avec lequel il se produit en France et
en Espagne dans de nombreux récitals

Juliette Sabbah, piano

— classique

Pianiste, Juliette Sabbah commence ses études au CRR de Strasbourg où elle obtient son prix dans la classe de Laurent Cabasso avant d'aller se perfectionner aux Etats-Unis avec Adrienne Kim. C'est pendant ces deux années d'études à l'Université de Syracuse, où elle a entre autres l'occasion de se produire en soliste avec orchestre pour la première fois, qu'elle commence à accompagner régulièrement des récitals de chants et des productions d'opéra (Der Schauspieldirektor de W.A. Mozart, La Canterina de J. Haydn).
À son retour à Paris, Juliette intègre le cycle spécialisé d'accompagnement au piano du CRR dans la classe de Jean-Marie Cottet et continue de se spécialiser dans l'accompagnement du lied et de la mélodie auprès de Françoise Tillard. Elle a également suivi des master-classes avec les pianistes Rena Shereshevskaya et François- René Duchâble.
Friande de diversité et de nouveauté, Juliette s'associe à la compagnie Les Frivolités Parisiennes dès ses débuts et crée avec elle cinq opéra-comiques : L'Ambassadrice de D.F.E. Auber (2013, avec Magali Léger, Jean-François Novelli, Christophe Crapez), Le Collin-Maillard d'A. Hignard (2013), L'Elixir de Jouvence d'Hervé (2014, création mondiale), Bonsoir, Monsieur Pantalon ! d'A.Grisar (2015) et Le Petit Faust d'Hervé (reprise, 2015). Elle est actuellement chef de chant sur une production du Don Giovanni de Mozart (Atelier Lyrique CMA12, sous la direction de Didier Henry et Catherine Dune).
Le duo qu'elle forme avec la mezzo-soprano Aline Quentin (mélodie et lied) a été sélectionné par l'association Jeunes Talents pour un concert pour leur saison 2015/2016 et vient également de gagner le 3e prix au Concours de l'APEC (Paris, 2015).
Si elle se spécialise dans l'accompagnement vocal, Juliette ne s'y cantonne pas et travaille fréquemment avec le trompettiste Nicolas Ousseni lors de concerts (concert Jeunes Talents au Festival du Cap Ferret) et de concours (premier prix mention Excellence au 30e Concours Jeunes Solistes 2013 au Luxembourg).
Parallèlement, Juliette Sabbah vient d'obtenir son Master de musicologie au CNSMDP dans les classes d'histoire de la musique de Rémy Campos et d'analyse de Michaël Levinas, dans le cadre duquel elle a produit des travaux sur la traduction et l'interprétation du lied chez Schumann, et les premières représentations françaises du Fidelio de Beethoven. Ce diplôme lui a permis, entre autres, de travailler en collaboration avec Bruno Messina pour le Festival Berlioz (2014).

S'y rendre

Temple du Luxembourg

58 rue Madame 75006 Paris

MRennesM 12 à 248m

MSaint-PlacideM 4 à 340m

MSèvres-BabyloneM 10M 12 à 576m

RerLUXEMBOURGRer b à 648m

Bus21genrvb27genrvb28genrvb38genrvb39genrvb58genrvb63genrvb68genrvb70genrvb82genrvb83genrvb84genrvb85genrvb86genrvb87genrvb89genrvb91genrvb92genrvb94genrvb95genrvb96genrvb

Choisir un itinéraire

Signaler un changement

Renseignez votre e-mail pour que nous puissions vous répondre.

Retour