Chanson

Coutin Paradise

  • Concert annulé

    Vendredi 19/06/2020 à 19:30

  • Concert annulé

    Vendredi 23/10/2020 à 19:30

  • Concert annulé

    Samedi 05/12/2020 à 18:00

  • Vendredi 28/05/2021 à 19:30

La Maroquinerie

23 rue Boyer 75020 Paris

Salle de concert, salle de spectacle

Paris 20e arrondissement

MGambettaM 3bM 3

Voir la carteComment s'y rendre

Modifier les tarifs

À propos

Publicité

Coutin est un aventurier. Peut-être le dernier beatnik. Il passe sa vie sur un magnifique vieux bateau en bois - comme David Crosby et les héros de cette generation sixties qui a marqué la vie de ceux qui les ont connus et même les autres. Coutin habite un rêve. Il a tout vu, tout vécu: Mai 1968, la philo à la Sorbonne, les Beaux-arts de Paris, les États-Unis, San Francisco, les hippies, la critique rock quant elle avait encore quelque chose à dire Et puis à l'orée des années quatre-vingt, il a signé un hit immense dès son coup d'essai avec une chanson qui venait déjà d'une autre planète, celle du garage rock sauvage et sexuel des décennies précédentes. J'aime regarder les filles est un tube intemporel, qui remplit encore en 2019 les pistes de danse C'est la chanson qui définit le mieux ce qu'aurait été le rock français s'il avait existé. En choquant, avec une chanson comme Fais-moi jouir , non-publiée à l'époque, aujourd'hui devenue son deuxième plus gros succès: demandez à ces mêmes jeunes d'aujourd'hui Pour ce qui est de balancer une poésie à la fois crue, désenchantée, urbaine et lumineuse, Coutin est un maître.
De l'Heure bleue et Un étranger dans la ville, dans les années 1980, jusqu'à Industrial Blues au XXIe siècle, ses albums ultérieurs restent à redécouvrir. Un jour on s'émerveillera en réécoutant ces disques remplis de chansons superbes. Aujourd'hui, en 2019, il publie un fantastique triple album en série limitée,

Stan Cuesta

Les artistes

Patrick Coutin

Coutin est un aventurier. Peut-être le dernier beatnik. Il vit sur un magnifique vieux bateau en bois – comme David Crosby et les héros de cette génération sixties qui a marqué à vie ceux qui l’ont connue – et même les autres. Coutin vit dans un rêve. Il a tout vu, tout vécu : mai 68, la philo à la Sorbonne, les Beaux-arts, les Etats-Unis, San Francisco, les hippies, la critique rock quand elle avait encore quelque chose à dire…

Et puis un beau jour, il s’est mis à la musique, à l’orée des années 1980, et il a obtenu un hit immense dès son coup d’essai, avec une chanson qui venait déjà d’une autre planète, celle du rock garage, sauvage et sexuel des décennies précédentes. « J'aime regarder les filles » est un tube intemporel, qui remplit encore en 2019 les pistes de danse de garçons et de filles dont les parents étaient à peine nés quand le disque est sorti… C’est la chanson qui définit le mieux ce qu’aurait été le rock français s’il avait existé.

Un tube comme ça peut détruire un artiste. Mais Coutin a la peau dure. Et surtout, c’est un pur. Un artiste. Il a continué, en faisant à peu près toujours le contraire de ce qu’on attendait de lui, pour être bien sûr de ne pas tomber dans le jeu du showbiz et de la variété commerciale. En choquant avec une chanson comme « Fais-moi jouir », non publiée à l’époque, aujourd’hui devenue son deuxième plus gros succès : demandez à ces mêmes jeunes d’aujourd’hui…

Pour ce qui est de balancer une poésie à la fois crue, désenchantée, urbaine et lumineuse, Coutin est un maître, qui a fait ses classes auprès des auteurs mythiques de la beat generation (Kerouac, Ginsberg, Burroughs et bien d’autres). Les rappeurs peuvent aller se rhabiller. Mieux, ils peuvent écouter et en prendre de la graine.

De L'Heure Bleue et Un étranger dans la ville, dans les années 1980, jusqu’à Industrial Blues au XXIème siècle, ses albums ultérieurs sont à redécouvrir. Un jour on s’émerveillera en réécoutant ces disques remplis de chansons superbes à côté desquelles tout le monde – ou presque – est passé.
Aujourd’hui, en 2019, il publie un fantastique triple album en série limitée, Triptyque du Paradis, une sorte de somme de tout ce qu’il aime et de tout ce qu’on aime chez lui : des reprises de rock sixties et des nouvelles chansons remplies de guitares et de ce feeling bluesy qu’il est un des rares en France à pouvoir transmettre sans avoir l’air ridicule. Normal : Coutin n’est pas d’ici. C’est un citoyen du monde. Mais pas de ce monde, d’un autre monde, un monde meilleur, à venir. Ou pas.

S'y rendre

La Maroquinerie

23 rue Boyer 75020 Paris

MGambettaM 3bM 3 à 630m

MMénilmontantM 2 à 685m

MJourdainM 11 à 768m

Bus102genrvb26genrvb501genrvb60genrvb61genrvb64genrvb69genrvb96genrvb

Choisir un itinéraire

Signaler un changement

Renseignez votre e-mail pour que nous puissions vous répondre.

Retour